Le 2 février c’est la fête de Iemanjá

2 Fév

Iemanjá, Yemoja ou Yemanjá  est une divinité aquatique d’origine africaine. Plus précisément, elle est issues des traditions religieuses des Yorubas, où elle est également la protectrice des femmes (des femmes enceintes en particulier), et la mère de toute chose vivante.

En Afrique, dans les traditions yoruba:

Dans les contrées dont elle est originaire, Iemanja est connue sous les noms de Yemoja, Ymoja, ou encore Yemowo.
Dans la mythologie yoruba, Yemoja est une déesse mère ; elle est la divinité protectrice des femmes, et tout particulièrement des femmes enceintes. Ses parents sont Oduduwa et Obatala. Il existe de nombreuses histoires contant la façon dont elle est devenu la mère de tous les saints. Elle était mariée à Aganju et eut un fils, Orungan, et quinze orishas naquirent d’elle. Parmi ceux-ci, on compte Ogun, Olokun, Shopona et Shangô. D’autres histoires racontent que Yemaya a toujours existé et que toute vie est née d’elle, y compris tous les orishas. Son nom est la contraction des mots yoruba « Yeye emo eja », qui signifient « La mère dont les enfants sont comme les poissons », évoquant ainsi l’immensité de sa fécondité et de sa maternité, ainsi que son règne sur toute chose vivante.
Au Nigéria, à la différence du Brésil, elle est l’orisha des eaux douces. Yemaya est célébrée dans la tradition ifa en tant que Yemoja. Sous le nom de Iemanja Nana Borocum, ou Nana Burku, elle est représentée comme une très vieille femme, habillée de noir et de mauve, et en relation avec la boue, les marais et la terre.
Enfin, dans les traditions religieuses du Dahomey, Nana Buluku est une divinité ancienne.

Au Brésil:

Elle est célébrée au Brésil dans les cultes afro-brésiliens, tels que le candomblé ou l’umbanda.
Dans le panthéon afro-brésilien, Iemanja est reconnue comme la mère des Orixás (divinités de la nature). Elle est la reine du monde aquatique, parfois représentée comme une sirène, ou plus souvent comme une créature fabuleuse émergeant des flots.
Histoire de l’arrivée au Brésil
Divinité africaine yoruba, Iemanja a fait le voyage vers le Brésil avec les esclaves noirs que l’on arrachait à la terre de leurs ancêtres. Les clercs portugais chargés de l’évangélisation des Noirs se sont bien sûr méfiés de la religion animiste. Le paganisme devait disparaître pour laisser la place à la « vraie foi », le christianisme.
Dans ce but, et afin de faciliter la conversion des esclaves noirs, le clergé présent au Brésil a encouragé le syncrétisme, c’est-à-dire l’association de divinités non chrétiennes aux saints catholiques. C’est ainsi que Iemanja a été assimilée à la Sainte Vierge.
C’est de ce syncrétisme que sont nées les religions afro-brésiliennes.
Qui est Iemanja au Brésil ?
Iemanja est la mère de tous les orixas. Elle est associée à l’eau en général, et plus particulièrement à la mer, à l’océan.
Selon Pierre Verger, français ayant consacré sa vie à l’étude des religions afro-brésiliennes, Iémanja serait la fille de Olokum, divinité maritime tantôt féminine, tantôt masculine selon les régions d’Afrique. Iemanja se serait mariée avec Olofin mais, fatiguée de ce mariage, elle aurait fui vers l’ouest. Olofin l’aurait alors fait rechercher et, se sentant en danger, Iemanja aurait brisé une fiole remise par son père Olokum afin de la protéger du danger. La mixture contenue dans le flacon aurait donné naissance à un fleuve, transportant ainsi Iemanja jusqu’à l’océan.
Une autre légende nous apprend que Iemanja a tellement pleuré le départ de son fils Oxossi, qui l’a abandonnée pour vivre dans la forêt, qu’elle s’est liquéfiée de chagrin. Devenue fleuve, elle s’est jetée dans la mer.

Culte et festivités au Brésil:

•    Le réveillon du 31 décembre
La plus grande fête en l’honneur de Iemanja a lieu le 31 décembre. La foule se réunit en divers points du littoral et dépose des offrandes dans des paniers en paille. Il peut s’agir de miroirs, de peignes, de bijoux divers, de parfum, de fleurs. Dans les paniers, on glisse de petits billets faisant état des souhaits de chacun pour l’année à venir.
A Rio de Janeiro, le soir du réveillon, il est coutume de jeter des roses blanches à la mer et de se vêtir de blanc, en l’honneur de Iemanja.

•    La fête de Iemanja à Salvador de Bahia
Le 2 février, fête officielle de Iemanja, la célébration a lieu à Salvador de Bahia, sur la plage du Rio Vermelho. Elle attire des adeptes ou des curieux venus de toutes parts.
La population se réunit sur la plage dès le matin, danse au son des tambours et des chants africains, puis font leurs offrandes à la mer. La fête de Iemanja est très populaire, et y participent des milliers de personnes: Blancs et Noirs, riches et pauvres, Brésiliens ou étrangers. Elle donne lieu à de nombreuses manifestations culturelles (concertes, démonstrations de capoeira, défilé de groupes carnavalesques etc.)

Source: Wikipedia

Sur la photo fête de Iemanjá à Salvador de Bahia le 2 février

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :